Iran Manif  - En réaction aux critiques récentes de vice-procureur général chargé du cyber-espace, Mahmoud Vaezi, le ministre des communications et de la technique du renseignement en Iran, a annoncé que chaque semaines 3000 comptes Telegram, pas moins, sont bloqués. 

En annonçant cette nouvelle le 16 juillet, il a expliqué que les comptes bloqués de Telegram sont contraires à la culture islamique et iranienne et que certains étaient actifs à l’intérieur du pays. Le 15 juillet, Abdolsamad Khoramabadi, le vice-procureur général de l’Iran, fustigeait le ministre en l’accusant de renoncer à filtrer 8000 comptes de Telegram actifs « contre la sécurité du pays ». Il l’a accusé de reddition devant à Telegram et d’avoir ouvert une autoroute pour les étrangers dans l’espace virtuel. 

Réagissant à ces propos, Vaezi a répliqué : « il fait beaucoup d’interviews dont la plupart ne sont pas fiables », avant d’ajouter qu’il ne faut pas perturber le marché, lié à l’internet avec ce genre d’interviews. 

Telegram est la messagerie le plus populaire en Iran. Plus de 23 millions d’utilisateurs de Telegram, soit la moitié des utilisateurs de ce service de messagerie codé dans le monde, vivent en Iran. Mais les pasdarans et le ministère de la Justice sévissent durement contre les activistes qui utilisent cette messagerie.