On croise les doigts ...

RFI - Plusieurs milliers de personnes condamnées à mort pour trafic de drogue en Iran vont échapper à la peine capitale après l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi punissant moins sévèrement le trafic de stupéfiants.

La décision a été prise par le chef de l'autorité judiciaire, l'ayatollah Sadegh Larijani, qui a notifié « à l'ensemble de l'appareil judiciaire » le décret d'application d'une loi votée en août 2017 par le Parlement.

Selon la nouvelle circulaire, près de 5000 condamnés à mort pour trafic de drogue, qui sont actuellement dans les prisons iraniennes, devraient échapper à la peine capitale.

En effet, les juges doivent « cesser immédiatement l'application de la peine capitale et examiner de nouveau les dossiers » des condamnés concernés.

La loi votée par le Parlement est rétroactive. Elle assouplit les conditions de la condamnation à mort pour les trafiquants de drogue pour épargner les petits trafiquants. Les peines capitales seront commuées en une peine allant de 25 à 30 ans de prison.

Jusqu'à présent, toute personne en possession de 30 grammes de drogue était condamnée à mort. Avec la nouvelle, seules les personnes ayant plus de 2 kg de drogues seront condamnées à mort, tout comme les criminels à la tête de cartels de drogue, ou les trafiquants armés.

Avec l'entrée en vigueur de cette loi, le nombre des exécutions devrait baisser considérablement. L'Iran était en effet au deuxième rang, derrière la Chine, des pays qui appliquent la peine de mort.

 

IRAN 
Mai 2018

 16 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions