Bloomberg - Amazon.com inc. a révélé vendredi des relations commerciales avec l'Iran qui pourraient avoir violé les sanctions américaines, avertissant qu'elle pourrait être pénalisée après un examen réglementaire de ses activités.

La société a déclaré dans un dépôt réglementaire que de 2012 à 2016 elle «a traité et livré des commandes de produits de consommation pour certaines personnes et entités situées en dehors de l'Iran concernées par la loi de réduction de la menace iranienne et des droits humains en Syrie (ITRA).

Amazon a déclaré avoir rapporté les transactions au Bureau du contrôle des avoirs étrangers du département du Trésor des États-Unis et au Bureau de l'industrie et de la sécurité du département du Commerce. Le plus grand détaillant de commerce électronique au monde a déclaré qu'il collaborerait à un examen de ces services, et a ajouté que cela pourrait entraîner des «pénalités».

En 2012, le président Barack Obama a signé l'ITRA pour renforcer les restrictions commerciales sur l'Iran et essayer de persuader le pays d'arrêter ses activités nucléaires. Cette loi impose des sanctions civiles et prend d'autres mesures à l'encontre des filiales étrangères des sociétés américaines engagées dans des transactions avec l'Iran. En janvier 2016, les États-Unis ont levé certaines sanctions économiques liées au programme nucléaire.

Amazon a déclaré vendredi qu'elle vendait une variété de produits de consommation à des individus et des groupes non spécifiés contrôlés ou appartenant au gouvernement iranien. Les marchandises vont de l'habillement au logiciel en passant par des produits pour animaux de compagnie et coûtent $ 50 à quelque $ 2.400, selon le dépôt. Amazon a dit ne pas avoir l'intention de vendre à ces comptes à l'avenir.

«Notre examen est en cours et nous améliorons nos processus visant à identifier les transactions associées aux personnes et entités visées par l'ITRA», a déclaré Amazon.