Iran Manif - C’est un bon millier de délégués des communautés irano-américaines de 40 États qui ont afflué le 5 mai à la Convention sur la liberté en Iran pour la démocratie et les droits humains le 5 mai dernier au Grand Hyatt de Washington, aux Etats-Unis.

Il s’agissait de faire savoir aux Iraniens qui se soulèvent régulièrement depuis la fin décembre 2017, qu’ils ont le soutien de la diaspora aux Etats-Unis. En janvier 2018, la révolte s'était étendue à 142 villes d’Iran aux cris de « A bas le dictateur », « A bas Khamenei » et « A bas Rohani ». Un message reçu cinq sur cinq par l’ensemble du régime des mollahs.

Aujourd’hui le mouvement continue : les sidérurgistes de la ville pétrolière d'Ahvaz, les ouvriers de l'usine de canne à sucre de Haft-Tapeh à Chouch (sud-ouest de l'Iran), les agriculteurs d'Ispahan, les épargnants escroqués à Téhéran, les habitants de Racht (le grenier à pain du pays) et de Machad (nord-est de l'Iran), ainsi que les Iraniens ordinaires d'autres villes du pays laissent éclater leur colère contre la théocratie.

L'Organisation des communautés irano-américaines des États-Unis (OIAC) et les associations affiliées dans 40 États américains organisent depuis des années des conventions et des événements sociaux et politiques à travers les États-Unis pour éclairer les décisions politiques américaines sur l'Iran.

La Convention sur la liberté en Iran de 2018 mettait en avant des universitaires, des hommes et des femmes d'affaires irano-américains de renom, ainsi que la jeunesse qui soutiennent un Iran libre et démocratique, conformément au plan en 10 points de Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Des membres du Congrès des deux partis ont envoyé des messages de solidarité, Rudy Giuliani, le conseiller juridique du président américain, et le gouverneur Bill Richardson ont fait le déplacement pour prendre la parole Convention. L'événement comprenait de la musique en direct et d'autres activités prévues pour célébrer les réalisations et les aspirations de notre communauté et du peuple iranien.

La convention était modérée par Saeed Shams, du Nouveau-Mexique, Azadeh Sami, médecin en Virginie, et Zohreh Talebi, directrice de recherche sur l'autisme au Kansas, qui ont mis en avant que le « congrès d'aujourd'hui représente la première, la deuxième et la troisième génération d'Irano-Américains de tous les États-Unis ».

La diaspora iranienne avec le soulèvement en Iran

La modératrice Azadeh Shami a fait remarquer que « les Irano-Américains sont statistiquement le groupe d'immigrants le plus instruit aux États-Unis. Le pourcentage d'Iraniens titulaires d'un diplôme d'études supérieures est trois fois plus élevé que la moyenne nationale. Mais ce dont nous sommes le plus fiers, c'est d'être aux côtés du peuple iranien dans sa lutte pour la liberté. Notre congrès de 2018 arrive à point nommé en raison du soulèvement qui se poursuit depuis décembre dernier. Le régime iranien est beaucoup plus vulnérable que jamais. Le temps est venu d'adopter une politique qui sert les intérêts du peuple iranien et non de ses oppresseurs. Notre convention envoie un message fort et clair : face au régime iranien, ni la guerre ni la complaisance ne fonctionnent. La seule option viable est le changement de régime par le peuple iranien et son mouvement de résistance organisée. Par conséquent, notre message au peuple iranien est que nous sommes à ses côtés. Nous sommes à leurs côtés. Nous soutenons les courageux combattants de la liberté à l'intérieur de l'Iran et nous faisons entendre leur voix à cette convention aujourd'hui. Nous reprenons les slogans lancés dans les villes de notre Iran bien-aimé que « réformateurs, conservateurs, la partie est terminée ». Oui, nous disons qu'il est temps de reconnaître le droit du peuple iranien de renverser le régime répressif et d'établir la démocratie en Iran.»

Pour Zohreh Talebi, « de jeunes Iraniens, des entrepreneurs, des universitaires, des artistes et des sportifs se sont joints à nous aujourd'hui pour dire d'une seule voix que les Iraniens soutiennent une république libre, démocratique, laïque et non nucléaire en Iran. C'est pourquoi nous déclarons notre pleine solidarité avec le soulèvement et les protestations des jeunes, des femmes, des mouvements ouvriers, des syndicats d'enseignants et des personnes de tous les milieux en Iran. »

 

IRAN 
Juillet 2018

 20 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions