La division sexuelle, le pilier de l’intégrisme islamiste

Iran Manif - Le régime totalitaire des mollahs en Iran est fondé sur le principe du Guide suprême. Il tire sa justification et sa base théorique du Figh ou jurisprudence religieuse qui couvre tous les aspects de la vie individuelle et sociale. Il a instauré la ségrégation sexuelle dans la société pour en exclure les femmes. C’est aussi l’axe majeur de son système de répression. Installée depuis 37 ans, cette dictature religieuse sert de modèle à une galaxie de groupes intégristes terroristes qu’elle a générés, qu’elle finance et entretient, ou à d’autres nés d’une GPA comme Daech. Cette vision dans son ensemble montre que la division et la discrimination sexuelles sont le pilier de l’intégrisme islamiste.  

 

En théorie, les intégristes au pouvoir en Iran fondent leur thèse sur les différences entre les sexes et en concluent que le mâle est supérieur et que la femelle est donc inférieure et une esclave à son service. Cette approche nie l’identité humaine des femmes. 

L’esprit intégriste considère les traits physiologiques comme des facteurs déterminants dans leur système de valeurs. Les différences sexuelles sont utilisées pour justifier la discrimination sexuelle et conduisent inévitablement à de l’hostilité envers les femmes. C’est le fondement de la pensée intégriste, le leitmotiv et la pierre d’angle de cette idéologie, ce qui l’inspire et lui donne le pouvoir de mobiliser ses forces. Cependant le Coran, lui, fonde son critère sur les caractéristiques humaines distinctes : la connaissance, le libre choix et la responsabilité, mettant hommes et femmes sur un pied d’égalité.

En vérité les intégristes ne pensent pas que les femmes soient humaines. Pour atténuer une conception aussi scandaleuse, les idéologues intégristes ont essayé de s’exprimer de manière équivoque dans ce domaine. En Iran, foyer central de l’intégrisme institutionnalisé, le théoricien Morteza Motahhari soutient que « toutes les femmes aiment à être dirigées ... La supériorité spirituelle des hommes sur les femmes a été conçue par Mère Nature. Peu importe combien une femme veut combattre cette réalité : elles ont besoin que les hommes contrôlent leur vie parce qu’elles sont plus sensibles. »

Le message fondamental du système de valeur des mollahs, de leurs lois et de leurs pratiques, c’est que les femmes sont « faibles » et la propriété des hommes. Les mollahs déclarent clairement : « c’est le devoir de la femme d’obéir à son mari. Une telle obéissance, comme d’autres sortes de soumissions obligatoires, tombe dans le domaine de l’obéissance à Dieu. »

Ainsi, dans la conception des intégristes, les femmes, en tant que citoyens de seconde catégorie, ne peuvent ni ne doivent avoir de place ni à la direction, ni au pouvoir, ni dans la magistrature, ni dans aucune fonction sérieuse qui traite de la gestion de la société.

L’ancien chef du judiciaire Mohammad Yazdi, qui a été un proche de Khomeiny, a dit : « Si les êtres humains n’étaient pas obligés de s’agenouiller uniquement devant Dieu, les femmes devraient s’agenouiller devant leur maris. »

Pour les intégristes, l’amour propre d’une femme lui vient de son mari et elle doit tout faire pour gagner son estime. Son âme, son corps, ses sentiments et même son identité de base appartiennent à son mari et s’identifient à lui. Pour les intégristes, aux yeux d’une femme, l’homme remplace Dieu, un point de vue en contradiction totale avec le monothéisme que représente l’islam. Selon l’islam et les préceptes islamiques, une femme est maitresse de son corps et de sous ses biens.  Sous prétexte du caractère sacré de la famille, les réactionnaires considèrent l’homme comme le propriétaire du corps et de la vie de sa femme, en faisant ainsi une esclave. 

 

Décompte des exécutions répertoriées en Iran

Mai 2016

65 exécutions

(61 en janvier - 3 en février+tous les hommes d'un village- 1 en mars - 55 en avril) 

184 en 2016

-----------------------------

En 2015 : 966 exécutions

 

Video (2)

Video

Copyright © 2013 - Iran Manif. All Rights Reserved