Al Arabiya, 24 février 2017 - L'Iran a annoncé avoir envoyé les officiers de l'université militaire Imam Hussein en Syrie pour être formés sur le terrain dans les rangs des gardiens de la révolution stationnés dans différentes parties du pays pour combattre les factions d'opposition et réprimer le soulèvement de six ans du peuple syrien contre le régime de Bachar al-Assad.

La radio VOA a mis en lumière les commentaires du général Morteza Safari, commandant des Gardiens de la Révolution, qui a déclaré à l'agence Tasnim que "une centaine d'officiers de la faculté de l'Imam Hussein, filiale des Gardiens de la Révolution, ont été envoyés en Syrie pour s'entrainer dans des situations de combat."

Safari a révélé qu'un certain nombre d'étudiants envoyés dans une mission de deux mois ont été tués sur le champ de bataille, d'autres blessés, tandis que les autres y sont restés pour une plus longue période de temps.

L'université Imam Hussein des gardiens de la révolution a annoncé avoir envoyé ses étudiants se battre en Syrie et en Irak dans le cadre d'un programme de formation de préparation des officiers.

Les analystes estiment que la Syrie et l'Irak sont devenus un théâtre vivant pour la formation des gardiens de la révolution et leur milice chiite dans ces deux pays.

Le commandant de la force terrestre Mohammad Pakpour a souligné dans son discours du 18 février que l'Iran se consacre à envoyer forces terrestres sous le label de «conseillers» à "l'axe de la résistance". Cette description caractérise les systèmes loyaux de l'Iran, les milices et partis de la région, en particulier en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen.

L'agence Fars a cité Pakpour affirmant : « Nous avons des relations avec différents pays, dont certains nous demandent un soutien consultatif. Nous avons offert ce soutien dans le passé, et nous allons continuer de le faire », ajoutant que " les forces terrestres des pasdaran sont habituées à envoyer leurs membres à l'axe des États de la résistance à fournir une assistance dans les champs de bataille."

En plus des interventions militaires de l'Iran dans la région, Téhéran a créé environ 14 camps d'entraînement de milices étrangères sous le commandement de la Force Qods, l'unité des forces spéciales des pasdaran iraniens, chargée de leurs opérations extraterritoriales.

Le général Mohammad Ali al-Falaki, un commandant des pasdaran, et l'un des dirigeants iraniens en Syrie, a annoncé qu'il avait formé une «armée de libération chiite» dirigée par Qassem Soleimani, commandant de la force Qods.

Selon lui, l'armée combat actuellement sur trois fronts en Irak, en Syrie et au Yémen.

 

«Cette armée n'est pas seulement composée d'Iraniens. En fait, dans chaque zone troublée, nous organisons et équipons une armée constituée des gens de cette région », a confirmé le général al-Falaki dans une interview avec l'agence de presse Mashreg, connue pour ses liens étroits avec les gardiens de la révolution.

IRAN 
Mars 2017

42 exécutions

(Janvier: 95 exécutions - Février: 52 exécutions)

-----------------------------

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions