Articles

Deux jeunes prisonniers politiques dans le couloir de la mort nient les charges fabriquées contre eux et affirment avoir été torturés

 Après que la Cour suprême ait confirmé officiellement les condamnations à mort de 2 prisonniers politiques   Zaniar  et Loqman Moradi et les histoires fabriquées au sujet de leurs « crimes»dans les médias controlés par l’Etat, Zaniar et Loqman ont publié une lettre ouverte démentant ces accusations et ont fourni des informations au sujet de leur affaire. Ils ont demandé un jugement équitable et un procès légal dans une procédure judiciaire saine.
Leur lettre explique pour une partie :

Mardi, le  quotidien « Eteleat » transmettait un résumé de notre affaire en page 13 et à la lumière des faits dont il n’est pas fait mention de ses sources et parce que ce quotidien n’a pas pris part aux publications mensongères et aux inventions, nous avons de sérieuses réserves à protester contre un tel rapport ...
L'étrange histoire relatée dans le quotidien Eteleat au sujet de la soi-disante (prétendue) part qu’aurait joué l’agence de renseignement britannique dans l’assassinat [du fils de la prière du  vendredi que Zaniar et Loqman avaient accusé de mettre en œuvre] ne peut pas être crue par aucune personne ayant un esprit sain et il est évident que la publication de ce rapport a été fabriquée et est basée sur des mensonges. Ceci devrait nous aider à nous défendre nous-mêmes face à de tels mensonges. Malheureusement, le rapport cite également notre confession à des problèmes internes dont nous n’étions pas informés avant d’avoir lu avec précision le compte rendu, par conséquent,  nous ne pouvions pas les confesser. Notre seule confession après des derniers mois de pressions, de menaces, de tortures physiques, mentales et sexuelle devant un tribunal a été d’accepter les charges pour meurtre….
Même après que nous ayons été transférés de Sanandaj à Téhéran, nous avons été une fois de plus interrogé par des agents de renseignement et même là, nous avons démenti nos précédentes déclarations et nous avons exposé les conditions inhumaines des aveux à plusieurs reprises. Nous avons insisté que nous devions avoir un procès équitable et nous avons tenté de convaincre les fonctionnaires que nous étions innocents, qu'il n'y avait aucune preuve [contre nous] et que nous voulons une procédure judiciaire équitable.
Nous avons été informés du verdict qui a été adopté [peine de mort], depuis environ un mois à partir de la  condamnation qui a été annoncée il y a environ sept mois à la prison. Bien entendu, nous n’étions pas officiellement informés et le verdict ne nous a pas été annoncé selon une procédure légale mais plutôt ce résultat était décrit comme le statut du prisonnier. Si nos requêtes aux avocats avaient été acceptées, nous aurions eu le droit d’être défendu et, par conséquent, quelqu'un qui aurait été conscient de nos droits légaux aurait pu nous défendre et peut-être qu’alors, nous ne serions pas en prison et aucune preuve de cette histoire inventée n’existerait aujourd’hui.
Pour finir, nous insistons une fois de plus quant à notre innocence et notre demande principale est de recevoir un procès équitable dans une procédure judiciaire saine.
 De la Prison Rajayi-Shahr, à Karaj
Zaniar et Loqman Moradi "
Source : le web site de  Défenseurs des droits humains en Iran - 8 fév 2012

Video

A LIRE

LE SECRET DE LA NUIT


de Forough Golestan

Souvenir d'une très jeune fille en Iran au début de la révolution, prise entre le feu d'un frère intégriste et d'un autre anti-intégriste.Elle va opter pour la résistance et malgré son très jeune âge va connaitre les prisons moyenâgeuses des mollahs avec  toute leurs  barbarie mais aussi l'héroïsme d'une multitude de femmes qui dès le premier jour  ont décidé de se battre. Un flot qui n'a jamais cessé de grossir à ce jour. La bataille de la résistance à travers les yeux d'une pré-adolescente, son lot d'aventures, d'innocence et de solidarités et surtout sa grande leçon de vie.

 sur lulu.com et un autre point

 

Copyright © 2013 - Iran Manif. All Rights Reserved