Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Swissinfo (Suisse) - Washington et Téhéran se sont affrontés mardi à l'ONU à Genève autour du discours du ministre iranien de la justice qui est sous sanctions suisses. Des opposants ont demandé sur la Place des Nations que la CPI juge celui qu'ils accusent de crimes contre l'humanité.

Avant les déclarations de ce responsable controversé, les Etats-Unis se sont dits "consternés" par sa présence au Conseil des droits de l'homme. La situation des droits humains en Iran "mérite mieux", a affirmé la mission américaine auprès de l'ONU à Genève.

Washington, dont les intérêts en Iran sont représentés par la Suisse, a appelé les Etats membres à "condamner les contrevenants aux droits de l'homme qui cherchent à utiliser le Conseil comme plate-forme pour obscurcir leurs rôles".

Sous sanctions suisses et européennes, Seyyed Alireza Avaei est considéré comme l'un des responsables des massacres de 1988 en Iran, qui auraient fait jusqu'à 30.000 victimes parmi les opposants. Comme procureur, il était l'une des quelques personnes à décider des exécutions de masse des détenus politiques (...)

Des opposants iraniens en exil s'étaient rassemblés contre la présence du ministre. "Avaei, hors de l'ONU", ont scandé près d'une centaine de manifestants qui s'en prenaient par ailleurs au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, devant les portraits de plusieurs victimes des massacres de 1988.

"De plus en plus isolé"

Après avoir demandé au Ministère public de la Confédération (MPC) et au procureur général genevois Olivier Jornot de poursuivre le ministre iranien, ils ont souhaité un procès devant la Cour pénale internationale (CPI). "Nous voulons que cette tribune à l'ONU se transforme en tribunal", a affirmé à l'ats un des dirigeants du Conseil national de la résistance d'Iran, Afchine Alavi.

Les opposants souhaitent mettre les Nations Unies et les Etats membres "face à leurs responsabilités". D'autant plus que le régime iranien "est de plus en plus isolé à l'interne" après les rassemblements récents en Iran.

La Suisse applique des sanctions financières contre Seyyed Alireza Avaei. Elle ne lui interdit toutefois pas l'entrée sur son territoire. Et même dans le cas contraire, elle serait "en principe tenue par ses obligations en droit international de lui permettre de participer à une réunion de l'ONU", avait dit il y a quelques jours à l'ats l'ambassadeur suisse à Genève, Valentin Zellweger.

Le Conseil des droits de l'homme "n'invite pas. Les pays nous signifient qui ils envoient", avait affirmé de son côté le porte-parole de l'enceinte onusienne Rolando Gomez.

Dans la liste suisse de sanctions, le ministre iranien est mis en cause notamment en tant qu'ancien président des autorités judiciaires de Téhéran. Il est responsable "de violations des droits humains, de détentions arbitraires, du refus de droits à des prisonniers et de l'augmentation des exécutions".

 

IRAN 
Octobre 2018

  23 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions; septembre : 33 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions