Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Les forces iraniennes se sont retirées dans la nuit de samedi à dimanche du puits de pétrole qu'elles occupaient depuis vendredi en territoire irakien, a affirmé dimanche à l'AFP le chef du comité de sécurité et de défense du conseil de la province de Missane.

"Les forces iraniennes sont parties dans la nuit et les ouvriers de la Compagnie pétrolière du sud sont revenus sur le puits dimanche", a déclaré Mayssam Lafta.

Vendredi, une dizaine de militaires et des techniciens iraniens avaient pris le contrôle du puits numéro 4 à la frontière avec les deux pays, dans le premier incident sérieux entre les deux voisins depuis la chute de Saddam Hussein en 2003.

L'Iran avait reconnu samedi que ses forces se trouvaient sur le site d'un puits revendiqué par l'Irak, mais a rejeté les protestations de Bagdad en affirmant que le puits était en territoire iranien.

Aussitôt après l'occupation, le gouvernement irakien avait convoqué l'ambassadeur d'Iran à Bagdad pour lui dire que cette attaque était inacceptable. L'ambassadeur irakien à Téhéran avait remis une note au ministère iranien des Affaires Etrangères pour demander le retrait des troupes.

"C'est la première fois que cela se produit. Avant les Iraniens essayaient d'empêcher nos techniciens de travailler sur ce puits foré par l'Irak en 1974 en tirant dans leur direction mais ils ne l'avaient jamais occupé", avait dit à l'AFP le vice-ministre irakien des Affaires Etrangères Mohammad al-Hajj Hamoud.

Selon M. Hamoud, cette action intervient un mois avant le début des travaux de la commission mixte qu'il dirige du côté irakien pour délimiter la frontière terrestre et maritime dans le Chatt al-Arab avec l'Iran.
L'Iran avait assuré samedi que ce puits se trouvait sur son sol.

"Nos forces sont sur notre propre sol, car ce puits appartient à l'Iran selon les frontières internationales reconnues", ont déclaré les forces armées iraniennes dans un communiqué diffusé par la chaîne de télévision d'Etat en arabe Al-Alam.

Jamais depuis l'arrivée au pouvoir à Bagdad de partis chiites, dont de nombreux dirigeants ont vécu en exil à Téhéran, les relations ne s'étaient envenimées à ce point, en dépit d'un certain nombre de contentieux entre les deux pays.

Ce champ se trouve à 500 mètres de la frontière et à un kilomètre d'un fort irakien, avait indiqué vendredi un officier américain, le colonel Peter Newell.

Le puits numéro 4 se trouve sur le champ pétrolier de Fauqa, un des trois mis aux enchères internationales en juin qui n'avaient pas trouvé preneur. Les réserves de Fauqa sont estimées à 1,55 million de barils.

"Tel que je le comprends, ils s'agit d'un territoire sous souveraineté irakienne et il revient aux dirigeants irakiens de résoudre" le problème, a dit le chef d'état-major interarmées des Etats-Unis, l'amiral Michael Mullen.

(AFP)