Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'avion qui va amener en France le président du régime iranien, Rohani, transporte avec lui une pleine cargaison de casseroles, plus rutilantes les unes que les autres. La question est de savoir si les entreprises françaises et le Medef, qui a déjà préparé le terrain, vont investir dans ces casseroles.

 

Rohani traine derrière lui un bilan miteux mais comme tous les mollahs, il a l'art de le faire passer pour fabuleux. Il suffit pour cela de s'adresser à des interlocuteurs suffisament naïfs ou étanches à l'éthique.

Parmi ces casseroles, il y a l'inoxydable batterie des 2000 exécutions ou la très classique émaillée de la répression des femmes. De ces denières, les casseroles, pas les femmes, les investisseurs en France se moquent éperdument.

Mais c'est la panoplie tout terrain qui tient sur un camping gaz et met le feu à toute la région, que Rohani est heureux d'offrir à ses partenaires commerciaux. C'est un must et un véritable cadeau empoisonné. 

Car il ne faut pas oublier que le guide suprême a réorganisé toute l'économie de l'Iran de manière à ce que sa  partie active et agressive soit totalement aux mains des organes de répression du régime, mais pas que. Il y a aussi les organes d'exportation du terrorisme et de l'intégrisme islamiste. Tout se passe entre 14 institutions, 14 rouages qui contrôlent les banques, les finances, l'agro-alimentaire, l'automobile, le pétrole, le BTP, le commerce, les communications, la distribution, l'urbanisme, et bien sûr le tourisme.

Alors quand le Medef s'apprêtent à mettre les petits plats dans les grands, à rendre olives pour pistaches, café pour thé, et petits fours pour feuilletés à l'eau de rose, il doit savoir que ce n'est pas pour des cacachuètes.

Car chaque contrat signé avec une entreprise en Iran, remontera invariablement au corps des gardiens de la révolution, à la milice du Bassidj, au ministère de la Défense, aux forces de l'ordre Naja, aux fondations religieuses (aïe la laïcité), ou à la Maison du guide suprême. Tout un système qui brasse des milliards. Car la guerre en Syrie coutent 24 milliards de dollars par an, sans parler de celle au Yémen et de l'exportation du terrorisme et de l'intégrisme.

Invitons donc Renault, AccordHotel, Sanofi, Bel, Doux et consort à réfléchir deux fois avant de signer. L'argent versé ira directement financer la répression en Iran - la batterie de 2000 exécutions - et la guerre cruelle que les mollahs mènent dans tout le Moyen-Orient. 

Les casseroles de Rohani sentent déjà le roussi ...

 

 

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE