Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Le virage stratégique de la politique américaine vis-à-vis de l'Iran a déclenché bien des cris d'orfraie dans la presse occidentale, d'aucuns agitant le drapeau rouge d'un nouveau conflit à venir et de pressions intolérables sur la population iranienne. Au pays des aveugles les borgnes sont rois. 

Mis à part le fait que ces analystes et spécialistes n'aient pas encore vu comment les mollahs ont mis le Moyen-Orient à feu et à sang en Syrie, en Irak et au Yémen et comment l'argent des sanctions levées a alimenté le brasier, ils n'ont jamais élevé la voix sur la répression ni la crise économique qui écrasent les Iraniens.

On aura beau chercher, on ne trouvera pas de chronique sur les centaines d'exécutions annuelles en Iran. On ne trouvera pas d'information, ni d'analyses sur la ségrégation et les discriminations sexuelles qui excluent les femmes de la vie sociale et économique. La part des femmes dans la presse occidentale se limite au port du voile, alors que justement pour recouvrer toutes leurs libertés, les femmes appellent à la fin de la dictature religieuse dans sa totalité. On cherche en vain également des informations sur les grèves à l'échelle nationale qui paralysent l'Iran, comme celle très actuelle des camionneurs, les manifestations quotidiennes et les villes en révolte comme Ispahan et Kazeroun. Enfin, on traverse un désert médiatique sur la misère et la faim qui rongent la population.

Bref les Iraniens sont ignorés, gommés.

Or ce sont eux les premiers intéressés et les premiers acteurs qui appellent au renversement de ce régime. Alors oui, après avoir été sacrifiés pendant près de quatre décennies sur l'autel de la politique de la complaisance des pays occidentaux avec leurs bourreaux, les Iraniens se réjouissent aujourd'hui de voir une puissance adopter le langage de la force contre les mollahs, le seul qu'ils comprennent. Ils accueillent avec soulagement de nouvelles sanctions qui empêcheront les mollahs de financer la répression interne et la guerre au Moyen-Orient, et qui peuvent aider à les libérer de la tyrannie.

Comme le dit si bien la Résistance iranienne, le temps est venu pour la communauté internationale et notamment l’Europe de faire un choix. Soit leurs intérêts à court terme via des contrats avec les Pasdaran et leurs filiales, donnant ainsi les moyens à la dictature de poursuivre sa répression et ses guerres. Soit soutenir les Iraniens dans leur désir d'un Iran libre et démocratique.

Justement, des dizaines de milliers d’Iraniens se rassembleront à Villepinte-Pais Nord le 30 juin 2018 pour appeler à un Iran libre, car contrairement aux autres peuple du Moyen-Orient, ils ont une alternative politique, le CNRI, dotée d’un programme démocratique et soutenue par des centaines de parlementaires et personnalités politiques et sociales à travers le monde.

 

IRAN 
Septembre 2018

  18 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions