Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - La crise de l'eau s'étend en Iran et si les dégâts dépassent l'entendement, la passivité des autorités pourrait être qualifiée de crime contre l'environnement.
Le responsable des zones marécageuses de l'organisation de l'environnement en Iran vient d'annoncer à l'agence Ilna la mort d'une soixantaine de marais sur les 105 répertoriés dans le pays.

Ce responsable a expliqué que les tempête de poussière qui s'abattent sur l'Iran viennent surtout des zones asséchées de marais et de lacs, des terres agricoles rendues arides et des pâturages surexploités par le bétail et rongés par la désertification.

On peut voir ces dégâts dans plusieurs provinces d'Iran, notamment au Sistan-Baloutchistan dans le sud-est du pays.