Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Les Iraniens et en particulier les jeunes à travers l’Iran ont défié le régime des mollahs et ses mesures de sécurité à grande échelle, en célébrant joyeusement la Fête du Feu, la veille du dernier mercredi de l’année iranienne qui se termine le 20 mars.

Dans la capitale iranienne, les portraits de Khomeiny ont généreusement alimenté les feux de joie dans le quartier de Valenjak et les flammes à Ispahan ont goulument dévoré les photos de Khamenei. Les jeunes ont sauté par-dessus le feu avec un enthousiasme redoublé.

A Chiraz, dans le sud de l’Iran, malgré le déploiement des forces de sécurité dans divers quartiers, des explosions de pétards et de grenade sonores ont retenti partout dans la ville, le secteur du terminal faisant figure de centre principal des festivités.

A Machad, au nord-est, de grandes explosions ont résonné dans les secteurs de Ghassem-Abad, Ahmad Abad et Tolab.

A Oroumieh, dans le nord-ouest, la population et surtout la jeunesse ont sauté par-dessus des feux de joie dans plusieurs rues et fait craquer des pétards et des grenades sonores un peu partout dans la ville.

A Zandjan, au nord-ouest, les déflagrations joyeuses des pétards n’ont cessé de résonner, surtout au centre ville, dans les secteurs de Saadi nord et sud, Darvazeh Racht, la place Sabzeh, le boulevard Chamran, la rue Safa.

Dans la ceinture de Téhéran, les pétarades, grenades sonores et mortier d’artifices ont fait trembler de joie Varamine.

La fête du feu a illuminé le petit bazar de Bouchehr, dans le sud-ouest de l’Iran, Bandar-Abbas (sud) et Langaroud (nord).

Enfin comme la joie et la fête sont l’ennemi à abattre, tous les organes de sécurité étaient en alerte rouge. Les jeunes de Mahabad dans le Kurdistan étaient prêts à en découdre. Malgré les renforts de police et des arrestations, ils ont réussi à battre les agents en brèche.