Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Figaro (Reuters) - 30 juin - Donald Trump va asphyxier les "ayatollahs dictateurs" de l'Iran grâce aux nouvelles sanctions imposées au régime de Téhéran, a déclaré ce samedi à Reuters l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, un proche du président américain.

Les Etats-Unis imposent de nouvelles sanctions à la République islamique depuis le retrait de Washington de l'accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien. "Nous pouvons désormais raisonnablement penser que nous allons voir la fin du régime en Iran", a déclaré Rugy Giuliani, faisant référence aux récentes manifestations survenues dans le pays. "Quand les plus grandes puissances économiques arrêtent de faire des affaires avec vous, vous vous écroulez", a-t-il prédit. "Et les sanctions ne vont faire qu'augmenter."

Avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani participait près de Paris à une conférence du Conseil national de la résistance de l'Iran (CNRI), groupe d'opposants au régime de Téhéran basé dans la capitale française. Lors de cette même conférence l'an dernier, John Bolton, nommé en avril dernier conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, avait assuré au CNRI qu'il dirigerait l'Iran avant 2019. "Notre objectif devrait être un changement de régime en Iran", avait déclaré en janvier John Bolton sur Fox News. Après sa nomination, son discours a sensiblement changé sur ce point. "Ce n'est pas la politique de l'administration. La politique de l'administration est de s'assurer que l'Iran ne s'approchera jamais de la possibilité de se doter d'armes nucléaires", a-t-il déclaré à ABC en mai.

"La roue du changement"

Les pays européens qui avaient signé en 2015 un accord avec les Etats-Unis, la Russie et la Chine, sont toujours parties prenantes de l'accord, qu'ils jugent utile pour empêcher l'Iran de se doter du combustible nucléaire nécessaire à la fabrication d'armement. Mais pour Rudy Giuliani, les Européens devraient "avoir honte" de leur choix. Samedi à Villepinte, Maryam Rajavi, qui dirige le CNRI, à déclaré à des journalistes que la possibilité d'un changement de régime en Iran était "à portée de main". "La roue du changement commence à tourner", a-t-il ajouté.

Les sanctions économiques décidées par Donald Trump contre l'Iran ont pour but de liguer le peuple iranien contre le gouvernement de Téhéran, considère pour sa part le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei. "Six présidents américains avant lui ont essayé d'y parvenir mais ont été contraints de renoncer", a-t-il ajouté ce samedi sur son site internet.

IRAN 
Octobre 2018

  23 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions; septembre : 33 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions