Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Al Arabiyeh - par Reza Shafiee - Après avoir passé des années à faire profil bas et à jouer la sécurité, le régime iranien a changé de cap cet été. Des cellules dormantes, d'abord en Europe, puis aux États-Unis, auraient reçu des ordres de commanditaires à Téhéran.

Le 20 août, le ministère américain de la Justice a annoncé deux arrestations sur le sol américain. Ahmadreza Mohammadi-Doostdar, un homme de 38 ans né et élevé en Amérique et de parents immigrés iraniens pour l'un d'entre eux. Le deuxième homme a été identifié comme étant Majid Ghorbani, un résident permanent aux États-Unis vivant en Californie.

Les deux auraient été accusés d'espionner les membres et les partisans du principal groupe d'opposition iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK).

Lors de l'audience de mise en accusation, l'avocat de Doostdar a demandé au juge sa libération sous caution, arguant que toute sa famille se trouve aux États-Unis et qu'il ne constitue donc pas un risque de fuite. Mais le juge a refusé de le libérer.

On ne peut en aucun cas faire confiance au régime iranien dans de telles affaires. Ses antécédents parlent d'eux-mêmes en aidant ses agents à s'échapper ou à se réfugier dans les ambassades du régime iranien après leur opération terroriste. C'est ce qui s'est passé à Vienne en 1989.

Selon l'acte d'accusation, les membres et les partisans de la principale opposition iranienne, l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK étaient la cible principale). "Le ou vers le 20 septembre 2017, Ghorbani aurait assisté à un rassemblement de l’OMPI à New York, au cours duquel il a photographié des individus participant à la manifestation contre le régime iranien actuel.

En décembre 2017, Doostdar est rentré aux États-Unis en provenance de l'Iran et a pris contact avec Ghorbani dans la région de Los Angeles. Au cours de la réunion, Doostdar a payé Ghorbani environ 2 000 $ en espèces et Ghorbani lui a remis 28 photographies prises lors du rassemblement de l'OMPI de septembre 2017, dont beaucoup contenaient des annotations manuscrites identifiant les individus qui figuraient sur les photos.

Un reçu écrit à la main

Ces photographies, accompagnées d'un reçu écrit à la main de 2 000 $, ont été trouvées cachées dans les bagages de Doostdar alors qu'il transitait par un aéroport américain à son retour en Iran en décembre 2017 ", ajoute le communiqué.

L'acte d'accusation affirme également que Ghorbani s'est rendu en Iran en mars 2018 ou vers cette date, après avoir informé Doostdar qu'il se rendrait en Iran pour un "briefing en personne". Par la suite, le ou vers le 4 mai, Ghorbani a assisté à la Convention pour la liberté de l'Iran 2018, affiliée à l'OMPI, à Washington.

Au cours de la conférence, Ghorbani a photographié des conférenciers et des participants, dont des délégations de tous les États-Unis. Le 14 mai, Doostdar a appelé Ghorbani pour discuter des méthodes clandestines que Ghorbani devait utiliser afin de fournir cette information à l'Iran".

Depuis le début de l'été, le régime iranien a perdu tout espoir de cacher ses véritables intentions de conclure un accord nucléaire avec l'Occident. Il a enlevé le masque et montré son visage hideux.

Fin juin, des souvenirs lointains des capacités du régime iranien en matière de terrorisme se sont réveillés lorsque l'un de ses meilleurs diplomates a été pris en flagrant délit de complot terroriste lors du grand rassemblement annuel de la principale opposition iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Paris.

Complot terroriste en Europe

Selon Reuters, le 28 août, le ministère français des Affaires étrangères a publié une déclaration avertissant ses diplomates de rester à l'écart de l'Iran à moins que cela ne soit absolument nécessaire. Le mémo cite un complot déjoué pour bombarder un rassemblement organisé par un groupe d'opposition iranien en exil près de Paris, auquel assistait l'avocat de Trump, Rudy Giuliani, signe de la position plus agressive de Téhéran à l'égard de la France.

L'Allemagne a appréhendé un diplomate iranien basé à Vienne qui est accusé d'avoir effectivement fourni les explosifs à un couple belgo-iranien en mission pour effectuer l'attentat. La Belgique, où le complot a été découvert, a demandé l'extradition du diplomate.

« Les autorités iraniennes laissent supposer par leurs comportements un durcissement de leurs positions à l’égard de notre pays, ainsi que de certains partenaires », écrit Maurice Gourdault-Montagne, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères dans une note de service datée du 20 août.

« Compte tenu de risques sécuritaires avérés ainsi que cela a déjà été le cas dans le passé, il est demandé à l’ensemble des agents du ministère, qu’ils soient issus de l’administration centrale ou des postes, de différer jusqu’à nouvel ordre et sauf impératif de service, tout projet de voyage en Iran, notamment pour des raisons touristiques ou linguistiques », souligne Maurice Gourdault-Montagne.

Machine terroriste

Avec les arrestations sur le sol américain, il est tout à fait clair que le régime poursuit son principal ennemi : l'OMPI. Ne vous méprenez pas, depuis sa création le régime des mollahs a toujours considéré l'OMPI comme une menace vitale pour son existence.

Les gardiens de la révolution (pasdaran), jour après jour, ne manquent pas une occasion de mettre en garde contre l'implication de l'OMPI dans le développement des manifestations en Iran. Depuis janvier et la nouvelle série de manifestations à travers le pays, le guide suprême du régime Ali Khamenei a ouvertement pointé du doigt l'OMPI pour avoir dirigé les manifestations.

Les responsables de la dictature religieuse regrettent d'avoir raté l'occasion d'anéantir les membres de l'OMPI en Irak. Maintenant qu'ils ont été transférés en Albanie, les pasdaran ont du mal à y mener des opérations terroristes contre eux. Un communiqué de la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI lève le voile sur les intentions des pasdaran et de la Force Qods face à la menace de l'OMPI.

Le communiqué dit : « Le Conseil suprême de sécurité du régime, dans une note au ministère du Renseignement, à la force terroriste Qods, aux services de renseignement des pasdaran et d'autres organes impliqués dans l'exportation du terrorisme et de l'intégrisme, leur a ordonné de prendre des mesures supplémentaires pour espionner l'OMPI et la Résistance iranienne pour préparer le terrain à des actes terroristes. Les agences du ministère du Renseignement dans divers pays européens ont reçu l'ordre de recueillir davantage d'informations sur les mouvements et les activités et d'utiliser davantage de ressources. »

L'histoire avec le régime théocratique de Téhéran montre que la fermeté est la clé pour le contrer.