Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ouest-France - La tension devrait monter d’un cran en début de semaine prochaine entre l’Iran et les États-Unis. L’administration américaine pourrait en effet annoncer qu’elle place l’armée iranienne dans les rangs des groupes terroristes.

Les États-Unis vont désigner le Corps des gardiens de la Révolution islamique iranienne comme une organisation terroriste étrangère, ont déclaré vendredi trois représentants américains, précisant que le département d’État devrait en faire l’annonce, peut-être dès lundi prochain.

Jamais auparavant l’administration américaine n’avait formellement qualifié l’armée d’un autre pays de groupe terroriste. L’unité d’élite iranienne a récemment été victime d’une attaque ayant causé la mort de 27 de ses membres.

Le Pentagone, le département d’État et la Maison blanche se sont refusés à tout commentaire. L’information a été rapportée en premier lieu par le Wall Street Journal et confirmée par la suite.

Une annonce officielle devrait être faite prochainement par le département d’État, près d’un an après que le président

Donald Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 et de rétablir les sanctions américaines visant Téhéran.

Le chef de la diplomatie Mike Pompeo, partisan d’une ligne dure à l’égard de l’Iran, a recommandé cette nouvelle mesure.

Washington avait déjà placé sur liste noire des dizaines d’entités et de personnes affiliées au Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), mais pas le CGRI dans son ensemble.

En 2007, le département du Trésor avait décrit la force Al Qods, l’unité d’élite du CGRI chargée des opérations sur les théâtres extérieurs, comme « le principal bras armé (de l’Iran) pour mener sa politique de soutien aux groupes terroristes et insurgés ».

Créé en 1979, le CGRI contrôle de vastes secteurs de l’économie iranienne et jouit d’une grande influence sur le système politique en Iran.

Composé de 125 000 soldats selon les estimations, il dispose d’unités navale et aérienne, et est en charge des programmes de missiles balistiques et nucléaires de Téhéran.

IRAN 
JUIN 2019

 19 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE