Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Arab News - Qassem Suleimani, commandant de la force Qods iranienne et commandant sur le terrain chargé des opérations iraniennes en Irak, est à Bagdad depuis 11 jours pour gérer la crise et apporter un soutien direct au Premier ministre irakien Adel Abdul Mahdi, ont déclaré samedi deux lieutenants de Suleimani à Arab News.

Bagdad et neuf provinces dominées par les chiites ont été le théâtre de manifestations de masse antigouvernementales depuis le 1er octobre. Plus de 300 manifestants ont été tués et 15 000 blessés, la plupart à Bagdad, par des grenades de gaz lacrymogènes et des balles réelles utilisés par les forces irakiennes pour réprimer les manifestations, et des dizaines de militants et de journalistes ont été arrêtés.

Suleimani et son second, le général Hamed Abdollahi, sont à Bagdad "pour apporter le soutien moral et logistique nécessaire" à Abdul Mahdi, dont le départ est devenu la première exigence des manifestants, a déclaré un éminent dirigeant chiite à Arab News.

Le général, ou Abu Dowa, comme l'appellent ses plus proches alliés, assiste presque quotidiennement à des réunions à Bagdad avec les dirigeants des forces politiques soutenues par l'Iran pour tenter de neutraliser la crise et prolonger le mandat d'Abdul Mahdi.

"Abu Dawa est à Bagdad depuis 11 jours. Il est ici pour apporter le soutien nécessaire à Abdul Mahdi ", a déclaré l'un des principaux dirigeants chiites irakiens à Arab News.
"Les manifestations vont bientôt se terminer d'une façon ou d'une autre. Il y a de l'argent dépensé généreusement pour sortir certains moteurs (organisateurs de manifestations) du terrain, et il y a d'autres moyens (arrestations et enlèvements) utilisés en même temps. "La politique de la carotte et du bâton est opérationnelle depuis des semaines et commence à porter ses fruits."

Le départ ou la démission d'Abdul Mahdi, qui est devenu l'une des revendications les plus importantes des manifestants, n'est pas présenté comme l'une des solutions pour Suleimani et ses alliés, et la solution militaire n'est pas non plus sur la table.

L'allié de Suleimani a déclaré que certains chefs militaires irakiens exigeaient une intervention militaire pour mettre fin aux manifestations, en particulier sur la place Tahrir où se rassemblent la plupart des manifestants à Bagdad.

"Ils ont exigé l'intervention des Forces de mobilisation populaire (FMP), mais Suleimani a rejeté cette option en principe. "Il a clairement dit que c'est un piège américain pour traîner les factions du FMP à s'opposer aux manifestants et exiger leur dissolution."

300 manifestants ont été tués et 15 000 blessés, la plupart à Bagdad.

Les factions de l'UGP ne sont pas intervenues en tant que troupes de combat, " mais cela ne veut pas dire que l'UGP n'est pas intervenue en tant que soutien au renseignement ou à la sécurité ", a dit l'allié.

L'allié de Suleimani a déclaré que les solutions proposées n'incluent pas la révocation ou la démission d'Abdel Mahdi, bien que chacun sache qu'il est la cause du problème actuel avec son directeur de cabinet Abu Jihad.

"Notre problème avec les Américains, Sadr et Najaf est causé par Abu Jihad. Adel Abdul Mahdi n'a pris aucune décision réelle depuis qu'il est devenu Premier ministre et toutes les décisions ont été prises par Abu Jihad. 

"Ces deux-là (Abdul Mahdi et Abu Jihad) sont protégés et leur protecteur (Suleimani) insiste sur le fait qu'il n'y a aucun problème réel qui vaille la peine de les sacrifier.
"Il (Suleimani) ne traite pas l'Irak comme un seul pays, mais plutôt comme une partie d'un système qui inclut l'Iran, la Syrie, le Liban, le Yémen et la Palestine, donc toute solution proposée qui exclut Adel ou Abu Jihad n'est pas acceptable (par Suleimani).

"Les Iraniens ne sont pas comme les Américains. Ils n'abandonnent pas facilement leur allié, alors ils continueront à soutenir Abdul Mahdi jusqu'au dernier moment."

Les solutions proposées par Suleimani et approuvées par la majorité des principaux acteurs politiques comprennent un changement ministériel impliquant plus de la moitié du gouvernement, et de voter progressivement sur un certain nombre de lois importantes, d'accélérer l'adoption des amendements constitutionnels pour être prêt pour un référendum en avril, de voter pour réduire de moitié le nombre des membres du Parlement, l'abolition des conseils provinciaux, "qui représentent le cercle vicieux de la corruption dans les provinces," modifier la loi électorale "pour permettre la hausse des personnes et des petites listes" et modifier la Haute Commission électorale, dit la source.

Le passage d'un système parlementaire à un système présidentiel peut être inclus dans les amendements constitutionnels mais ne sera pas adopté car les Kurdes, les Sunnites et [le séminaire religieux de] Najaf rejettent ce système "parce que c'est la clé pour glisser vers la dictature".

"Maintenant, nous sommes inquiets pour Najaf (le grand ayatollah Ali Al-Sistani) parce qu'il est vraiment contrarié. C'est vraiment notre dernière chance. Si on ne la saisit pas, alors les gens entreront dans une révolution armée ", a dit l'allié de Suleimani.

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 8 exécutions

Soulèvement national

1000 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 187 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE