Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

De nombreux manifestants voient la main de Téhéran dans la violence généralisée et le soutien apporté au Premier ministre en proie à des troubles

Foreign Policy « Le peuple veut la chute du régime », scandaient les manifestants en agitant le drapeau irakien dans une cacophonie de tuk-tuks, de grenades sonores et de feux d'artifice, vendredi. Sur le pont Jumhouriya menant à la zone verte, les manifestants ont trouvé refuge derrière des blocs de béton, les forces de sécurité les ont attaqués avec de lourdes grenades lacrymogènes, tuant des dizaines de personnes au cours de la première semaine.

De l'autre côté du pont, dans les bureaux du gouvernement, une bataille très différente se déroulait alors que les politiciens se disputaient le sort du premier ministre irakien Adil Abdul-Mahdi, un candidat de compromis dont le sort a révélé les failles entre ceux qui tirent les ficelles du pouvoir en Irak, dont certains vivent en Iran.

De nombreux manifestants reprochent aujourd'hui à l'Iran et aux forces soutenues par l'Iran d'être à l'origine de la pire violence, et l'une de leurs principales revendications a été la suppression de l'influence iranienne. Les cris de « Iran dehors, dehors ! » sont devenus monnaie courante sur la place Tahrir, au centre de Bagdad, et vendredi, des vidéos ont circulé montrant des manifestants brûlant le drapeau iranien.

« L'Iran, ce sont eux qui nous ont détruits et attaqués. L'Iran est derrière tous ceux qui ont créé cette situation. L'Iran dirige le pays », a déclaré Ali Kasem, un manifestant de 17 ans.

Kasem, comme beaucoup d'autres, considère l'Iran comme le pouvoir qui maintient Abdul-Mahdi au pouvoir, et les manifestants reprochent à Téhéran d'exploiter l'Irak pour défendre ses propres intérêts. Soixante pour cent des 40 millions d'Irakiens, soit 40 millions d'habitants, ont moins de 25 ans, et les protestations ont été largement stimulées par les conditions économiques désastreuses auxquelles est confrontée cette génération, qui a atteint son point de rupture après des années de mauvaise gouvernance depuis l'invasion américaine de 2003 qui a fait tomber le dictateur irakien Saddam Hussein. Le taux de chômage des jeunes s'élève à 25 pour cent, ce qui est choquant, et une personne sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, malgré l'immense richesse pétrolière de l'Irak.

« Il n'y a pas de travail. Les gens obtiennent des diplômes et restent à la maison », dit Mohamed Radaa, 18 ans, qui travaille comme vendeur de rue et chauffeur de tuk-tuk. « J'ai quitté l'école pour aider ma mère. Nous n'avions rien à manger. On est pauvres. On n'a rien du tout. On n'avait même pas un quart de dinar. Comment aller à l'école ? »

Le plus grand défi pour l’Iran

Abdul-Mahdi est arrivé au pouvoir grâce à une coalition soutenue par l'Iran, et les autorités iraniennes veulent qu'il reste au pouvoir. Cependant, les manifestants sont déterminés à rester sur la place et à dire qu'ils ne partiront pas tant qu'ils n'auront pas mis fin à l'influence iranienne et complètement remanié le système gouvernemental. L'avenir n'est pas clair, car l'Iran est confronté à l'un des plus grands défis de son influence dans la région.

Abdul-Mahdi est entré en fonction après un compromis entre les deux plus grands blocs parlementaires irakiens : la coalition Sairoun, dirigée par le religieux populiste et mercenaire Moqtada al-Sadr, et la coalition Fatah, dirigée par Hadi al-Amiri, le commandant des Brigades Badr, une influente milice soutenue par l'Iran.

Mardi soir, il semble qu'Amiri et Sadr étaient sur le point de parvenir à un autre accord pour expulser Abdul-Mahdi afin d'apaiser les protestations grandissantes. Mais mercredi, le général Qassem Suleimani, chef de la force iranienne Qods, une unité d'élite du Corps des gardiens de la révolution, est arrivé à Bagdad pour tenir une réunion secrète avec Amiri, durant laquelle il aurait demandé à Amiri de continuer à soutenir Abdul-Mahdi.

« L'Iran ne veut pas que ce qu'il considère comme déstabilisant se produise [en Irak] parce que si Abdul-Mahdi part, on ne sait pas tout d'abord comment il va partir, et ensuite qui le remplacera », a déclaré Renad Mansour, chercheur universitaire à Chatham House. « Il [Abdul-Mahdi] est clairement prêt à maintenir le statu quo. Il est prêt à ne pas dénoncer les violations. Il est prêt à utiliser les forces qu’ils dirigent pour stopper les manifestations. Il doit donc cocher beaucoup de cases quand il s'agit de l'Iran. »

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 8 exécutions

Soulèvement national

1000 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 187 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE