Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

The New York Times -Ce qui a commencé comme une protestation contre une augmentation surprise du prix de l'essence s'est transformé en manifestations généralisées et s'est heurté à une répression systématique qui a fait au moins 180 morts. 

L'Iran connaît les troubles politiques les plus meurtriers qu'il a connus depuis la Révolution islamique il y a 40 ans, avec au moins 180 morts - et peut-être des centaines d'autres - alors que des manifestations en colère ont été étouffées par la répression effrénée du gouvernement.

Tout a commencé il y a deux semaines avec une augmentation brutale d'au moins 50 % du prix de l'essence. En moins de 72 heures, des manifestants furieux des grandes et petites villes appelaient à la fin du gouvernement de la République islamique et à la chute de ses dirigeants.

Dans de nombreux endroits, les forces de sécurité ont réagi en ouvrant le feu sur des manifestants non armés, en grande partie des chômeurs ou des jeunes hommes à faible revenu âgés de 19 à 26 ans, selon des témoignages et des vidéos. Rien que dans la ville de Mahshahr, dans le sud-ouest du pays, des témoins et du personnel médical ont déclaré que des membres du Corps des gardiens de la révolution avaient encerclé, fusillé et tué 40 à 100 manifestants - pour la plupart des jeunes hommes non armés - dans un marais où ils avaient trouvé refuge.

"Le recours récent à la force meurtrière contre des personnes dans tout le pays est sans précédent, même pour la République islamique et son bilan en matière de violence ", a déclaré Omid Memarian, directeur adjoint du Center for Human Rights in Iran, un groupe basé à New York.

Au total, de 180 à 450 personnes, et peut-être plus, ont été tuées en quatre jours de violence intense après l'annonce de la hausse du prix de l'essence le 15 novembre, avec au moins 2 000 blessés et 7 000 détenus, selon les organisations internationales de défense des droits humains, les groupes d'opposition et les journalistes locaux.

La dernière vague énorme de protestations en Iran - en 2009, après une élection contestée, qui s'est également soldée par une répression meurtrière - a fait 72 morts sur une période beaucoup plus longue, d'environ 10 mois.

Ce n'est que maintenant, près de deux semaines après que les protestations ont été écrasées - et en grande partie occultées par une panne d'Internet dans le pays qui a été levée récemment - que les détails corroborant l'ampleur des meurtres et des destructions ont commencé à se répandre.

Un niveau de mécontement stupéfiant

Les derniers débordements ont non seulement révélé des niveaux de mécontentement stupéfiants à l'égard des dirigeants iraniens, mais ils ont également souligné les graves défis économiques et politiques auxquels ils sont confrontés, depuis les lourdes sanctions de l'administration Trump contre le pays jusqu'au ressentiment croissant l'Iran des pays voisins dans un Moyen-Orient toujours plus instable (...)

La plupart des troubles à l'échelle nationale semblaient concentrés dans les quartiers et les villes peuplés de familles à faible revenu et de familles ouvrières, ce qui suggère qu'il s'agissait d'un soulèvement né dans la base de pouvoir historiquement fidèle de la hiérarchie post-révolutionnaire de l'Iran.

De nombreux Iraniens, stupéfaits et aigris, ont dirigé leur hostilité directement vers le dirigeant suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a qualifié la répression de réponse justifiée à un complot des ennemis de l'Iran au pays et à l'étranger (...)

Le ministre de l'Intérieur du pays, Abdolreza Rahmani Fazli, a cité des troubles généralisés dans le pays. S'agissant des médias d'État, il a déclaré que des manifestations avaient éclaté dans 29 des 31 provinces et 50 bases militaires avaient été attaquées, ce qui, s'il est vrai, indiquait un niveau de coordination absent lors des précédentes manifestations. Les médias officiels iraniens ont rapporté que plusieurs membres des forces de sécurité ont été tués et blessés lors des affrontements.

Les dégâts matériels ont également touché 731 banques, 140 espaces publics, neuf centres religieux, 70 stations-service, 307 véhicules, 183 voitures de police, 1 076 motocyclettes et 34 ambulances, a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Les pires violences d'Etat

Les pires violences documentées à ce jour se sont produites dans la ville de Mahshahr et sa banlieue, avec une population de 120 000 personnes dans la province du Khouzistan, au sud-ouest de l'Iran - une région à majorité ethnique arabe qui a une longue histoire de troubles et d'opposition au gouvernement central. Mahshahr est adjacent au plus grand complexe pétrochimique industriel du pays et sert de porte d'entrée à Bandar Imam, un port important.

Le New York Times a interrogé six habitants de la ville, dont un dirigeant de la protestation qui avait été témoin de la violence, un journaliste de la ville qui travaille pour les médias iraniens et qui avait enquêté sur la violence mais s'était vu interdire de la signaler, et une infirmière à l'hôpital où les blessés étaient soignés.

Chacun d'eux a fourni des récits similaires sur la façon dont les Gardiens de la Révolution (pasdarans) ont déployé une force importante à Mahshahr, le lundi 18 novembre, pour écraser les manifestations. Tous ont parlé sous le couvert de l'anonymat par crainte de représailles de la part des gardes.

Pendant trois jours, selon ces habitants, les manifestants avaient réussi à prendre le contrôle de la majeure partie de Mahshahr et de sa banlieue, bloquant la route principale menant à la ville et au complexe pétrochimique industriel adjacent. Le ministre iranien de l'Intérieur a confirmé que les manifestants avaient pris le contrôle de Mahshahr et de ses routes lors d'une interview télévisée la semaine dernière, mais le gouvernement iranien n'a pas répondu aux questions spécifiques des derniers jours concernant les massacres dans la ville.

Les forces de sécurité locales et les policiers anti-émeute qui avaient tenté de disperser la foule et d'ouvrir les routes, ont échoué, ont déclaré les habitants. Plusieurs affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont éclaté entre samedi soir et lundi matin avant que les pasdarans ne soient envoyés sur place.

Lorsque les pasdarans sont arrivés près de l'entrée d'une banlieue, Chahrak Chamran, peuplée de membres à faible revenu de la minorité ethnique arabe iranienne, ils ont immédiatement tiré sur des dizaines d'hommes qui bloquaient l'intersection, tuant plusieurs d'entre eux sur place, selon les habitants interrogés par téléphone.

Des témoignages accablants

Les habitants ont dit que les autres manifestants se sont précipités vers un marais voisin et que l'un d'eux, apparemment armé d'un AK-47, a riposté. Les pasdarans ont immédiatement encerclé les hommes et ont réagi par des tirs de mitrailleuses, tuant jusqu'à 100 personnes, ont déclaré les habitants.

Les pasdarans ont empilé les morts à l'arrière d'un camion et sont partis, ont dit les habitants, et les parents des blessés les ont ensuite transportés à l'hôpital Memko.

L'un des habitants, un diplômé en chimie de 24 ans, qui avait aidé à organiser les manifestations bloquant les routes, a déclaré qu'il était à moins d'un kilomètre de la fusillade et que son meilleur ami, également âgé de 24 ans, et un cousin de 32 ans étaient parmi les morts.

Il a dit qu'ils avaient tous deux reçu une balle dans la poitrine et que leur corps avait été rendu aux familles cinq jours plus tard, seulement après qu'ils eurent signé des promesses de ne pas organiser de funérailles ou de services commémoratifs et de ne pas accorder d'interview aux médias.

Le jeune organisateur de la manifestation a déclaré qu'il avait lui aussi reçu une balle dans les côtes le 19 novembre, le lendemain de la fusillade de masse, lorsque les pasdarans ont pris d'assaut son quartier, Chahrak Taleghani, dans la banlieue la plus pauvre de Mahshahr.

Il a dit qu'une fusillade a duré pendant des heures entre les pasdarans et les habitants d'origine arabe, qui gardent traditionnellement chez eux des armes à feu pour la chasse. Les médias iraniens et des témoins ont rapporté qu'un commandant supérieur des pasdaran avait été tué lors d'un affrontement à Mahshahr. La vidéo sur Twitter suggère que des chars y ont été déployés.

Une infirmière de 32 ans de Mahshahr, a dit au téléphone qu'elle avait soigné les blessés à l'hôpital et que la plupart avaient reçu des blessures par balle à la tête et au torse.

Elle a décrit des scènes chaotiques à l'hôpital, avec des familles qui se précipitent pour amener les blessés, y compris un jeune de 21 ans qui devait se marier mais ne pouvait être sauvé. "Ramène mon fils à la vie !", a dit une mère en pleurs à l'infirmière. "C'est son mariage dans deux semaines !"

L'infirmière a déclaré que les forces de sécurité stationnées à l'hôpital ont arrêté certains des manifestants blessés après que leur état se soit stabilisé. Elle a dit que certains parents, craignant de se faire arrêter aussi, ont déposé des proches blessés à l'hôpital et se sont enfuis en se couvrant le visage (...)

Le journaliste local de Mahshahr a déclaré que le nombre total de personnes tuées en trois jours de troubles dans la région avait atteint les 130, y compris celles tuées dans le marais.

Dans d'autres villes comme Chiraz et Shahriar, des dizaines de personnes auraient été tuées dans les troubles par les forces de sécurité qui ont tiré sur des manifestants non armés, selon des groupes de défense des droits et des vidéos postées par des témoins.

"Ce régime a poussé les gens à la violence ", a déclaré Yousef Alsarkhi, 29 ans, un militant politique du Khouzistan qui a émigré aux Pays-Bas il y a quatre ans. "Plus ils répriment, plus les gens deviennent agressifs et furieux." (...)

La dureté de la réaction aux protestations semble également indiquer un fossé de plus en plus profond entre les dirigeants iraniens et des segments importants de la population de 83 millions d'habitants.

 

 

 

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 8 exécutions

Soulèvement national

1000 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 187 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE